j'en ai marre du tutoiement - Page n°2

avatar contributeur de Trandafirul
Trandafirul
23/11/2021 à 04:23 - 23/11/2021 à 04:54

Citation de Calinette123 #377498

En effet, il n'y a pas de vouvoiement au Japon et en Corée mais vous savez très bien que le respect passe par la forme verbale et.... par les pronoms personnels qui se feront l'équivalent de la neutralité ou de d'insulte, ou encore par les tournures de remerciement !

Donc vous occultez le point principal : la complexité extrême des asiatiques pour exprimer le haut respect ou le plus bas mépris par le choix des pronoms (qu'il y ait hypocrisie ou respect véritable d'ailleurs) et autres éléments linguistiques.

Vous ne délivrez pas une information linguistique neutre aux autres internautes mais vous la déformez sciemment selon votre point de vue.

Et je ne suis certainement pas la seule à connaître un peu le japonais et à y avoir voyagé. L'on commence par l'apprentissage des pronoms et des différentes formes de "desu", de la plus polie à la plus familière, attestant de la considération que l'on porte à son interlocuteur, comme pour tous les verbes qui n'ont pas de flexion (donc pas d'accord) mais des formes multiples pour exprimer le degré de respect ou d'irrespect, de distance ou de proximité, de considération ou de légèreté, surtout dans des sociétés aussi codifiées.

Quant à savoir si des personnes se sentent offusquées en entreprises françaises d'être tutoyées ? Vous avez travaillé dans combien d'entreprises pour avoir ce propos si assuré ? je crois que c'est variable selon l'esprit de tolérance et de compréhension ou d'incompréhension de l'autre. Vous travaillez aussi comme professeure et formatrice de FLE à qui les patrons et les cadres viennent se plaindre. Vous devez enseigner les deux à égale échelle sous pression du ministère qui reçoit lui aussi trop de plaintes des cadres et patrons gênés face à leurs stagiaires, même français, pour qui selon eux, "ils n'ont pas compris où était leur place et ont la tête comme un melon " ?

Pour ce qui est du tutoiement ou du vouvoiement, en effet, je suis d'accord avec vous bien que je sois plus calme. L'on peut peut-être se sentir surpris.e d'un tutoiement ou vouvoiement, selon le contexte d'émission, mais de-là à être vexé.e et offusqué.e, non c'est trop pour moi...

Qui plus, en travaillant avec des étudiants étrangers et des professeurs étrangers (ou en ayant aussi été l'étrangère), c'est aux interlocuteurs de co-construire leurs discours pour une auto-régulation afin de mieux se comprendre. C'est la base de l'interculturalité et de l'intersubjectivité... et c'est aussi celles qui devraient éviter des jugements ici présents si péremptoires par méconnaissance de termes banalisés (je reste polie) comme ne pas connaître l'expression "brouteur africain" et rabaisser bêtement l'autre avec agressivité de "raciste" - sans même pas avoir la politesse de s'excuser après) ou par simple égocentrisme en ne voyant que son point de vue.

Comment peut-on être choqué d'être tutoyé dans un système entrepreneunarial encore très codifié ? La question était-elle nécessaire ?

Si vous avez vécu au Japon et en Corée, vous savez alors qu'un mauvais usage de la langue face à de supérieurs peut ruiner une réputation dans des cadres d'expression si austères. Et l'expression est toujours une manifestation maladroite ou consciente en rapport aussi avec le comportemental, donc cela dépasse les simples mots pas retenus en cours (voire trop peu appris dans certains pays, là ce n'est pas de la faute de l'apprenant). Il s'agit d'attitudes et de postures vis-à-vis de son interlocuteur. Je me rappelle encore du usted et ustedes espagnols à devoir impérativement manier !

Merci pour les Japonais, je vais m'en rappeler longtemps, eux si souvent cités en exemple pour être peut-être parmi les plus attachés à la politesse avec un langage et des postures si codifiés !

Vous attaquez mes réflexions, mais quel magnifique contre-exemple à vos idées vous m'offrez à votre insu ! Je relisais récemment "Stupeur et tremblements" d'Amélie Nothomb où mes amis japonais francophones et francophiles reconnaissaient tant leur problèmes....

Je suis déçue d'observer une dictature de la monopensée pour imposer le tutoiement comme mode de fonctionnement et j'en viens à me demander pourquoi certaines personnes viennent sur "betolerant" qui porte si bien son nom (refuser d'être enfermé.e.s dans un monosystème et une monosentimentalité...). Je lis des personnes qui dévalorisent comme vous les réflexions d'autrui comme je peux le voir à droite à gauche dans d'autres posts de personnes "pro-tutoiement", sourdes aux appels à la tolérance et à la modération des autres. Là sont de véritables questions de réflexion plus intéressantes pour moi car en effet, cela fait beaucoup de "blabla" pour un "tu" ou un "vous".

Pourquoi ne pas laisser les autres sentir et respirer comme ils/elles le souhaitent ? Ne sommes-nous déjà pas suffisamment asphyxié.e.s par une société encore parfois bien trop intolérante ? Je pense au Larousse dans sa dernière édition qui a introduit le pronom "iel", que la société LGBT+ connaît déjà si bien. Cela a soulevé et continue à soulever un tollé monumental !

Tutoiement/vouvoiement, oui, comme beaucoup le constatent, c'est évidemment générationnel (entre jeunes de vingt ans, on se tutoie tout de suite !), professionnel ou socio-culturel... Qui plus est chaque relation a sa pulsation et son rythme, chaque pays a aussi ses usages langagiers et culturels, ses communautés spécifiques de prises de parole qui nous impactent et nous définissent... et avec lesquelles il faut composer comme le rappelle #Akane Chan.

Et en France, c'est bi-langagier ! Alors restreindre ce choix laissé à tout un chacun, c'est comparable à de l'homophobie ou de la bi-phobie pour moi !

Salutations cordiales à toutes.

avatar contributeur de Plume
Plume
23/11/2021 à 09:58

Bonjour a vous,

Ce sujet me fait me poser une question.. est-ce un objectif de définir un mode de communication unique? Est-ce que les un(e)s ont forcément raison et les autres tort.. et inversement?

J'utilise le tutoiement comme expliqué plus haut. Et cela m'évoque des sentiments négatifs quand on me vouvoie (probablement des souvenirs d'humiliations dans le systeme scolaire ou autre).

Par contre, c'est comme pour toute différence. Si une personne me dit que c'est important pour elle de vouvoyer et/ou que je l'a vouvoie, probablement que je ferai des efforts. Et j'attendrai la même écoute et prise en considération de l'Autre (qui vouvoie), sans insulte ni jugement.

Plume


"Dès que tu avances sur le chemin, le chemin apparaît" Djalâl ad-Dîn Rûmi

avatar contributeur de VanVanVan
VanVanVan
23/11/2021 à 10:03

Bonjour Plume :)

Cest vrai ça n'est pas figé dans le marbre. Il peut m'arriver de tutoyer apres quelques messages parce que quelque chose m'a mise à l'aise. Et désolé pour toi pour cette expérience. (Emdr ca marche bien pour ça, j'en ai fait pas mal)

avatar contributeur AGAPEE FREE
AGAPEE FREE
25/11/2021 à 15:31 - 25/11/2021 à 15:32

Bonjour Tintore,

Tu va bien ? 😅

avatar contributeur de Dayzelle
Dayzelle
29/11/2021 à 01:10

Bonsoir,

le tutoiement est également ce qu'il y a de plus naturel chez moi. Pour autant, selon le forum, le niveau de la discussion etc. je trouve parfois le vouvoiement plus adapté.

Quant aux "MP drague", j'avoue nettement préférer qu'un homme m'aborde avec le vouvoiement. Ce n'est pour moi pas question de respect, mais plutôt de romance. J'aime les beaux écrits vouvoyés entre un homme et sa conquête, le jeu qui en ressort. Cela prend parfois de superbes tournures desquelles résultent un échange des plus romantiques, parfois proche de l'onirisme. L'homme qui fait la cour à sa belle se doit de le faire dans les règles de l'art, pour peu que cela soit réciproque.

Je vous rassure, j'suis une fille marrante dans la vie haha 😋



Suivez-nous
dédié aux femmes les femmes
© Copyright 2021, ENTRE-L.net